LA MÉDITATION, LE CHEMIN VERS L’ALTRUISME.

« Lorsque nous nous affranchissons de notre propre peur, notre présence libère automatiquement les autres » | Marianne Williamson (écrivaine américaine)

En partant du constat que notre peur et la libération de notre peur sont contagieux, on peut également penser que notre joie, notre compassion et toutes les choses positives que nous émettons sont aussi contagieuses.

On peut tout de suite en venir au fait et dire que des études très sérieuses ont été faites par des scientifiques sur la capacité du cerveau à évoluer d’un état à un autre notamment de l’égoïsme vers l’altruisme par exemple.
Il a été établi par des jeux tests proposés à des bébés de 6 à 18 mois que l’altruisme est un élément essentiel de la nature humaine.
Mais pour arriver à l’altruisme, l’individu passe par l’empathie qui est la capacité du cerveau à souffrir ou voir souffrir, la douleur de l’un devenant celle de l’autre, nos cerveaux étant câblés pour « ressentir » autrui.
Et que faire de cette douleur ? C’est là qu’entrent en scène la compassion et la bienveillance, des éléments forts contribuant à notre bien-être.

AUGMENTER SA CAPACITÉ À COMPATIR.

La capacité à compatir ou l’empathie nous ouvre un champ mental qui aura des répercussions positives dans notre vie quotidienne.
Chaque fois que nous compatissons, nous offrons à l’autre notre bienveillance or, offrir, donner, procure un bonheur unique que nous sommes nombreux à rechercher.

Si nous avons donné un peu de gentillesse à quelqu’un, celui-ci fera de même, il a été testé que la gentillesse est contagieuse, qu’elle agit en cascade. Nous pouvons créer autour de nous une chaîne de gentillesse.

LA MÉDITATION EST LE MEILLEUR MOYEN DE CULTIVER LA BIENVAILLANCE ET L’ALTRUISME

Le bien-être n’est pas accidentel, il est à portée de notre main, mais il est nécessaire de prendre conscience de son influence sur notre épanouissement personnel.
Par petites doses au début pour se familiariser avec la respiration et sa maîtrise, il est possible d’arriver ensuite à trouver plus de temps.
Et 25 à 30 minutes par jour pendant deux semaines peuvent changer notre vision du monde et de nous-mêmes.

EXERCICE PRATIQUE
Confortablement assis(e), une musique de fond pour se détendre, le dos bien droit (le bon alignement de la colonne vertébrale est essentiel pour la bonne circulation de l’énergie), relâchant les muscles, respirant consciemment et se promenant dans les souvenirs les plus heureux que nous ayons vécus, dans les paysages qui nous ont charmés avec un profond sentiment de reconnaissance pour la vie et la respiration qui nous anime, on accepte les pensées, bonnes ou mauvaises, qu’on laisse filer, et ça fait du bien !
Pratiquer chez soi dans son environnement, c’est aussi une manière de chérir son lieu de vie, d’être en harmonie avec lui.

Bien entendu pour une pratique plus sociale et mieux guidée, pratiquer avec un groupe et ressentir les bienfaits de l’interférence des ondes positives des uns sur les autres est une expérience très intense. Et bien entendu, cela permet de tester immédiatement le sentiment d’empathie et de gentillesse sur les co-méditants.
Soyez heureux !